Blog

M. Gabbud joue au ventriloque

Du compte rendu des négociations en cours entre le Conseil d'Etat et la commune de Leytron au sujet de la situation fiscale de mon collaborateur Jean-Marie Cleusix, M. Jean-Yves Gabbud a retenu essentiellement une mise au point annexe et qui tient de l'évidence:

"Les propos tenus à l’égard du président de la Municipalité de Leytron sur un blog privé par un chargé de communication externe et à temps partiel d’un conseiller d’Etat n’engagent que ladite personne et ne peuvent être attribués au Gouvernement."

Il en tire à la fois le sujet de son article et la conclusion tendancieuse que cela revient à "désavouer" mon conseiller de communication externe. Pour combler son papier par un autre emprunt d'envergure, M. Gabbud cite in extenso et sans motif apparent l'entrée de blog en question. Comme si l'intérêt principal de cette affaire tenait dans les échos qu'elle a suscités sur les réseaux sociaux.

Comment M. Gabbud peut-il conclure à un quelconque désavoeu dans la mesure où le conseil d'Etat, justement, ne s'exprime pas sur le fond des propos tenus par M. Despot, et dans la mesure où celui-ci n'a jamais prétendu ni de près ni de loin parler en son nom?

M. Gabbud devrait cesser de manipuler les communiqués gouvernementaux et réfléchir au sens des mots qu'il utilise.

L’enfant innocent a droit à une première chance avant que l’on en donne une seconde à un pédocriminel.

Quand un enfant regarde le monde, il ne voit que l'amour qui l'a fait naître.
Quand un enfant vous parle, c'est un trésor enfoui tout au fond de votre souvenir qui commence à vous illuminer de l'intérieur.
Lorsqu'un enfant vous écoute, c'est Dieu qui tend l'oreille.
Mais lorsqu'un enfant est battu, violé, mis à mort, un cri insoutenable traverse tous les êtres vivants de la terre :
Les ailes des oiseaux se brisent.
Les arbres pleurent de toutes leurs feuilles.
Les poissons explosent sous l'onde révoltée.
La vie entière est en deuil entre les cimes enneigées et les profondeurs océanes.
Même l'air a de la peine à se respirer elle-même.
Quand un enfant devient martyr, l'univers devient compassion.
La lune se voile la face et le soleil brille de toute sa honte.

Lire la suite...

Merci au Parlement Valaisan de m’avoir suivi et d’avoir soutenu, à l’unanimité, le projet de centre d’accueil aux jeunes adultes en difficulté

 « Mattini ». Il vaut mieux réinsérer des adolescents dans la société le plus vite possible plutôt que de les voir devenir des cas sociaux irrécupérables- C’est en cela que consiste l’humanisme inhérent à notre civilisation.
La réalisation de cette nouvelle institution spécialisée pour adolescents permettra de combler le manque de places en foyer d'éducation comprenant également une offre scolaire et d'occupation et ainsi de créer une institution socio-pédagogique supplémentaire et complémentaire dans le Haut-Valais.